Ethique et déontologie rotariennes

Les quatre questions

En 1932, le Rotarien Herbert J. Taylor crée le Critère des quatre questions, déontologie adoptée par le Rotary onze ans plus tard. Les quatre questions ont aujourd’hui été traduites en plus de 100 langues. Ce critère exige de se poser les questions suivantes pour tout ce que nous pensons, disons ou faisons :

Est-ce conforme à la vérité ?

• met en garde contre la soumission à l’opinion générale ou au prêt à penser.

• prémunit contre les a priori, les exagérations ou la fascination du virtuel.


Est-ce loyal de part et d’autre ?

•  respecter la parole donnée,

• être fidèle aux engagements pris.

Est-ce susceptible de stimuler la bonne volonté réciproque et de créer des relations amicales ?

Cette question invite à chercher :

• d'abord l'arrangement intelligent plutôt que la chicane réflexe ou la procédure systématique.  

• à priori le consensus (qui ne doit être ni démagogie, ni faiblesse)

• ce qui est bon plutôt que qui a raison.


Est-ce bénéfique à tous ?

Elle suggère :

• de prendre en compte l'autre, tout l'autre, tous les autres.

• d'entrer dans la logique du gagnant/gagnant.

• de rejeter la tentation de la manipulation ou du favoritisme.


© Rotary International / Alyce Henson
© Rotary International / Alyce Henson